Le Bonhomme de Neige: Conventionnel mais très bien orchestré

The Snowman
Il a des films qui  à la lecture du synopsis apparaissent comme déjà vu et finalement assez classiques voir même très prévisibles et c'est clairement le cas pour "Le Bonhomme de Neige".  Un postulat qui ne tient pas longtemps, ce long-métrage se présentant rapidement comme un jeu de piste alambiqué dans lequel on en vient finalement à suspecter tout le monde jusqu'aux personnages principaux.  "Le Bonhomme de Neige" suit Harry Hole, un policier norvégien travaillant à Oslo, à la réputation de cador mais qui en réalité sombre dans l'alcoolisme, dans son enquête sur un tueur en série qui s'attaque à des femmes au profil particulier. Dans sa  tache, il est assisté de Katrine Bratt, une jeune enquêtrice qui arrive de Bergen au passé sombre qui semble porter un grand intérêt à cette affaire. Malgré des divergences, ils vont ensemble traquer ce tueur qui laisse sur chaque scène de crime, un bonhomme de neige en guise de signature. Dans des décors naturels assez sublimes, le film avance sans temps mort au milieu d'une multitude de personnages, tous  coupables envisageables, tous plus ou moins impliqués, tous dissimulant des choses à des degrés de gravités différents. Si de manière général, le film s'inscrit dans la lignée d'illustres thrillers comme "Insomnia" ou "Les Rivières Pourpres", il manque parfois un peu de rebond émotionnel, le personnage d'Harry Hole n’étant pas vraiment empathique. La réalisation parfaite de Tomas Alfredson et les comédiens excellents parviennent toutefois à en faire un bon film à défaut d'être un grand film. Michael Fassbender, fidèle à lui-même, est très bon dans son rôle de flic alcoolique et insomniaque, au bord de la rupture, mais qui doit composer avec sa nouvelle jeune collègue incarnée par Rebecca Ferguson. On retrouve aussi dans cette production internationale Charlotte Gainsbourg, convaincante dans un second rôle malgré tout essentiel, Val Kilmer qu'on redécouvre avec plaisir malgré une présence très éphémère à l'écran et l'indispensable J.K. Simmons, en homme d'affaire véreux et malsain dont on ignore pendant longtemps sa place dans ce grand puzzle dans lequel figurent aussi Chloe Sevigny, Toby Jones et James d'Arcy. Attention toutefois aux bandes annonces qui contiennent des éléments manifestement coupés au montage qui peuvent induire en erreur le spectateur dans un scénario déjà bien dispersé et parfois même un peu brouillon. Toujours est-il que "Le Bonhomme de Neige" est un bon thriller, pas indispensable, pas incontournable, mais qui ne mérite certainement pas les critiques incendiaires que l'on a pu lire dans certains médias.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire