L'Expérience Interdite ou les maux du cinéma américain actuel

Disons le tout de suite, "L'Expérience Interdite", remake du film éponyme sorti en 1990, n'est pas un navet, loin de là, mais il y a deux lectures à avoir pour le juger selon que l'on ait vu l'original ou pas. Dans le premier cas, ce film est clairement très inférieur à l"oeuvre initiale, dans le second c'est une bonne série B de science-fiction qui flirte par moment avec l'horreur. "L"Expérience Interdite" suit cinq étudiants en médecine qui décident de provoquer la mort de l'un d'eux avant de le réanimer après quelques secondes afin de découvrir ce qu'il se passe après la mort, mais alors que chacun va se soumettre à l'expérience, ils vont tous devoir subir les conséquences de leurs actes présents et passés. Si à la différence de le version de 1990, la motivation du personnage principal nous est dévoilé avant même le générique gâchant peut-être un peu l'effet mystérieux qu'aurait du avoir le film, le principal défaut du long-métrage est incontestablement l'excès d'effets visuels et sonores utilisés habituellement dans les films d'horreur, sans doute afin de séduire un public plus jeune et rendant le film moins austère que son illustre prédécesseur même si les thèmes centraux restent les mêmes: La culpabilité, la rédemption et l'absolution. Saluons tout de même un rebondissement bien senti à mi-film qui lui permet de se démarquer complètement. Côté casting, le premier film disposait  d'acteurs encore assez peu connu mais qui allaient devenirs des stars la décennie suivante avec Kiefer Sutherland, qui tient d'ailleurs un second rôle dans ce nouveau film, Julia Roberts, Kevin Bacon, William Baldwin et Oliver Platt. Dans ce nouvel opus, si l’envoûtante Ellen Page et le toujours très juste Diego Luna tiennent bon la barre, leurs partenaires James Norton, Nina Dobrev et Kiersey Clemons, de niveaux assez inégaux, peinent parfois à convaincre et surjouent un peu. "L'Expérience Interdite" de Niels Arden Oplev  est donc, selon les points de vue, soit une très bonne série B, soit un remake assez moyen voir même un peu racoleur par moments, qui présente toutefois des scènes particulièrement spectaculaires à défaut d'être aussi profondes ou émotionnellement intenses que dans la version de Joël Schumacher. Pas indispensable mais divertissant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire